Pare-bottes Hors’Safe,le mL

Pare-Botte Hors'Safe
Ref. NPBN

Pare-bottes synthétique noir Hors’Safe mL

AVANTAGES DU PARE HORS’SAFE:

  • Sécurité : amortit et absorbe les impacts
  • Entretien minimum
  • Durabilité importante
  • Facile à installer

Pour le prix : Nous consulter

Lary Deschomets

Besoin d'un conseil ?

Tel : 04 75 55 39 23

Le pare-bottes sert à éloigner le cheval du mur du manège. De cette façon, la jambe et le pied du cavalier sont préversés de tout frottement ou écrasement contre la paroi.

CARACTERISTIQUES :

  • Polyéthylène souple
  • Imperméable
  • Léger
  • Hauteur : 141 cm
  • Largeur : 93 cm
  • Profondeur : 26 cm

POINTS FORTS :

  • Assure un maximum de sécurité grâce à la souplesse de sa matière.
  • Sans entretien
  • Esthétique
  • Très résistant
  • Facile à installer
  • Longue durée de vie

CONDITIONNEMENT:

Vendue au mètre linéaire

OPTIONS : Coloris au choix Réf. PBCC

Aménager mon manège

Le sol et le traitement de la périphérie du manège sont les points de sécurité majeurs. Le sol ne doit en aucun cas être glissant. Il doit également permettre d’amortir les chutes des cavaliers surtout si le manège accueille des cours pour des cavaliers de petit niveau ou des enfants.

La périphérie du manège doit être aménagée avec le plus grand soin. On installera un pare botte pour préserver les jambes des cavaliers des écrasements contre les murs. Un voligeage viendra au-dessus du pare-botte protéger les cavaliers des poteaux de structures en cas de chute.

L’arrosage intégré ne devra présenter aucun profil contondant en cas de chute d’un cavalier en périphérie du manège.

Le pare botte sert à écarter le cheval du mur du manège pour éviter que la jambe du cavalier ne soit coincée entre le mur et le cheval.

La seule différence avec un sol de carrière est le fait que l’on n’a pas à gérer les précipitations, mais que l’on devra installer un arrosage efficace. Le sol devra avant tout être adapté à la pratique : microsable pour une pratique CSO intense, sable fin ou sol synthétique pour toutes les autres pratiques.

Le pare botte droit en bois est le plus simple. On veille simplement à ce que le profil en bas de pare botte soit arrondi pour ne pas risquer de blesser les jambes des chevaux.

Le pare botte synthétique Hors’safe combine une plus grande souplesse qui amortit davantage les chutes et permet un entretien facilité.

Le pare botte galbé apporte quant à lui une esthétique chic et flatteuse.

Le problème dans un manège, c’est que l’arrosage du pare botte va générer le développement de mousses et autres lichens et donner un aspect sale à l’ensemble. L’idéal est donc un arrosage par subirrigation qui ne mouille pas le pare botte. En faisant abstraction de cette problématique, un arrosage intégré dans le pare botte ou un arroseur automoteur feront l’affaire.

Le pare botte peut venir jusqu’au niveau du sol ou être installé « suspendu ». On le fixe sur le mur existant s’il y en a un. Sinon, on installe généralement un châssis bois fixé sur la structure du manège pour y fixer le pare botte. Le bureau d’études HORSE STOP® se charge généralement de la conception de ces éléments sur mesure.

Généralement, on distingue une grande porte qui permet l’accès des semi-remorques de sable d’une ou plusieurs portes d’accès pour les cavaliers. Elles seront préférentiellement installées au niveau des angles pour plus de sécurité, mais peuvent être également installées sur les longueurs du manège. Le pare botte devra être continu ou correctement aménagé au niveau de chacune des portes.

Pour les manèges chevaux : point le plus écarté du mur sur le pare botte est positionné à 60 cm du sol

Pour les manèges poneys : point le plus écarté du mur sur le pare botte est positionné à 30 cm du sol

On adaptera la hauteur en fonction de l’encombrement de l’outil d’entretien du sol utilisé.

Carrière & Manège

Le bois est joli et traditionnel, le PVC est plus souple. Dans ce sens, il absorbe mieux les impacts cependant il présente également quelques défauts :

  • Lorsqu’il casse, il présente des arêtes vives dangereuses et doit être immédiatement remplacé.
  • Lorsqu’il est remué par exemple lors d’un simple contact avec un cheval, le frottement entre les pièces de PVC produit un bruit fort qui peut effrayer les chevaux.
  • Sur les lices déportées conçues pour la course, les poteaux sont particulièrement souples, l’onde de choc se propage donc le long de la lice et peut également faire peur aux autres chevaux.

De manière générale une lice PVC spécifiquement conçue pour les carrières sera plus sécuritaire qu’une lice bois mais ces modèles sont très chers. La lice bois assure un bon niveau de sécurité et constitue néanmoins une valeur sure. Le réemploi de lices PVC de courses est déconseillé, car elles n’assurent pas une sécurité suffisante du public et des cavaliers.

Hormis le respect de tous les points de sécurité, il faut bien comprendre que la carrière est le centre névralgique du club et que tout le monde apprécie de pouvoir s’y retrouver pour observer les cours et les cavaliers. Une lice supérieure en rondin de diamètre important sera d’une part plus confortable pour les spectateurs qui viennent s’y accouder et d’autre part plus résistante pour supporter un large public qui vient s’y amasser le jour des concours.

Le sol et le traitement de la périphérie du manège sont les points de sécurité majeurs. Le sol ne doit en aucun cas être glissant. Il doit également permettre d’amortir les chutes des cavaliers surtout si le manège accueille des cours pour des cavaliers de petit niveau ou des enfants.

La périphérie du manège doit être aménagée avec le plus grand soin. On installera un pare botte pour préserver les jambes des cavaliers des écrasements contre les murs. Un voligeage viendra au-dessus du pare-botte protéger les cavaliers des poteaux de structures en cas de chute.

L’arrosage intégré ne devra présenter aucun profil contondant en cas de chute d’un cavalier en périphérie du manège.

  • L’intégrité de l’ensemble des lices hautes et basses
  • La qualité des jonctions lices / poteaux (vis à changer, lice pourrie, etc.)
  • L’état des pieds des poteaux
  • La fonctionnalité et l’intégrité du ou des portails.

La palissade complète est à réserver à des professionnels avertis, car elle permet certes de focaliser la concentration du cheval sur le dresseur, mais elle génère également un stress important chez le cheval qui peut alors avoir des réactions violentes.

La ½ palissade est un modèle plus classique, mais qui est très apprécié, car il permet de contenir le sol équestre dans le rond y compris si le cheval projette beaucoup de sable sur les bords comme c’est le cas aux allures rapides. Il permet donc de conserver un environnement propre et soigné et de ne pas perdre son sol équestre.

Au polo, on parlera de « planches » sur un terrain en gazon aux dimensions réglementaires. Pour le paddock Polo pratiqué en carrière, on utilise une lice pleine souvent de hauteur classique (120 à 130 cm). Contrairement à un pare bottes de manège incliné, on veillera à ce que la lice de polo conserve un renvoi de balle fidèle. Elle doit donc être verticale au moins sur sa partie basse.

Contrairement à ce que son nom indique, le rond de longe est principalement utilisé aujourd’hui pour le débourrage, le travail en liberté, l’initiation, lâcher des chevaux pour qu’ils s’y détendent en sécurité. Mais on peut également y tourner les chevaux en longe.

Le rond d’Havrincourt est conçu pour le saut en liberté. On peut également y faire les débourrages et y monter un peu à cheval notamment pour l’initiation.

Dans une carrière, la zone du portail est statistiquement la plus accidentogène, probablement car les chevaux sont plus susceptibles d’y paddoquer. Pour assurer une bonne sécurité, le portail doit être en parfaite continuité avec la lice y compris au niveau des poteaux qui le maintiennent. De cette façon, en cas de chute sur le portail le cavalier ne percute aucun profil contondant. De plus, le portail devra être facilement manipulable d’une main pour être systématiquement fermé y compris par des cavaliers de petit gabarit tenant un cheval de l’autre main. On pourra installer des portails différenciés pour donner accès aux tracteurs avec un portail large et un portail plus étroit, mais plus facile à manipuler pour donner l’accès à la carrière aux cavaliers et piétons.

On apprécie que la lice de la carrière d’honneur prévienne l’intrusion sur la piste des personnes non autorisées et particulièrement des enfants ayant échappé à la vigilance de leurs parents souvent très affairés lors des concours mais aussi des chiens. C’est pour cela que la lice grillagée est recommandée. A contrario, le paddock de détente doit laisser passer facilement les grooms, coachs et accompagnateurs, une lice 2 hauteurs avec des petits portails judicieusement positionnés est idéale. Enfin, pour gérer la circulation des personnes et des véhicules en configuration « événementiel » ou « quotidien », l’emploi de travées et poteaux démontables est très utile.

  • Le profil de la lice ne doit pas être contondant. C’est-à-dire qu’il doit comporter des profils le plus rond possible et ne pas comporter d’aspérité. Un point crucial : les têtes de poteaux ne doivent jamais dépasser de la lice haute de la carrière
  • La nature de la lice doit être sécurisante : le bois est un matériau à la fois suffisamment robuste et d’une relative souplesse. Les lices béton qui ont été largement utilisées autrefois sont à proscrire du fait de leur grande dangerosité. Certaines lices PVC conviennent si elles sont spécifiquement conçues pour les carrières, le réemploi de lices de courses pour les carrières donne des résultats parfois dangereux.
  • Les équipements d’arrosage ne doivent en aucun cas dépasser la hauteur de la lice haute. Si c’est le cas, on les implantera avec un dégagement d’1 mètre en arrière de la lice par exemple pour les canons d’arrosage.
  • On ne posera pas verticalement de barre d’obstacle ou de chandelier à moins d’1 mètre de la lice ou contre la lice à l’extérieur de la carrière. Ceci pour prévenir tout choc contondant en cas de chute d’un cavalier sur la lice ou sur la périphérie proche de la carrière.

Historiquement, il mesure 18 x 36. Si la largeur est quasiment invariable, la longueur a tendance à s’allonger avec la pratique qui consiste à faire sauter les jeunes chevaux sur un dispositif de 3 obstacles. On préfère alors des dimensions de 18×40 voire 42.

20 m de diamètre pour les grands chevaux, 18 pour les petits chevaux et poneys D et 16m pour les plus petits poneys

Les deux points qui vieillissent le plus vite sur une lice sont les pieds des poteaux qui sont en contact avec le sol régulièrement arrosé d’une part et les bouts de lices rondes ou ½ rondes.

  • Pour augmenter la durée de vie des poteaux HORSE STOP® propose un traitement classe IV avec la rétention SP qui est un traitement renforcé du bois le rendant encore plus résistant aux champignons et insectes xylophages qui sont à l’origine du pourrissement. Ce traitement de choc initialement développé pour les traverses SNCF et les poteaux EDF rallonge la durée de vie de la lice.
  • Pour optimiser la longévité des lices, nous conseillons l’emploi de connecteurs galvanisés pour l’assemblage des lices de carrière. Ils permettent d’une part d’éloigner le percement de l’extrémité de la lice et d’autre part d’augmenter les surfaces de contact entre les pièces pour plus de robustesse, plus de durabilité et une esthétique plus soignée.

Le dressage est réglementé par l’utilisation d’une carrière de 60 x 20 (40 x 20 pour le plus petit niveau). On utilise une lice basse qui permet une observation détaillée du cheval par le public et les juges. Une lice démontable est donc utilisée pour créer un rectangle de dressage aux dimensions réglementaires sur les carrières de plus grandes dimensions.

Pour une carrière de dressage permanente, on choisira une lice traditionnelle si la carrière est utilisée par des jeunes chevaux ou des cavaliers peu expérimentés ayant besoin de plus de sécurité. Les professionnels préfèrent souvent une carrière avec une lice basse plus pratique pour recréer à la maison les conditions de concours.

La lice mesure généralement 1m80, ce qui convient pour l’immense majorité des jeunes chevaux. On trouve parfois les ronds avec les lices des virages surélevées. Ce qui ne se justifie pas forcément.

Généralement, on installe une lice de 1m80 pour les débourrages et le travail en liberté.

Pour des ronds destinés seulement à la longe et à l’initiation ou seulement à des petits poneys, une lice de 1m20 est plus indiquée.

Le pare botte sert à écarter le cheval du mur du manège pour éviter que la jambe du cavalier ne soit coincée entre le mur et le cheval.

La seule différence avec un sol de carrière est le fait que l’on n’a pas à gérer les précipitations, mais que l’on devra installer un arrosage efficace. Le sol devra avant tout être adapté à la pratique : microsable pour une pratique CSO intense, sable fin ou sol synthétique pour toutes les autres pratiques.

Le pare botte droit en bois est le plus simple. On veille simplement à ce que le profil en bas de pare botte soit arrondi pour ne pas risquer de blesser les jambes des chevaux.

Le pare botte synthétique Hors’safe combine une plus grande souplesse qui amortit davantage les chutes et permet un entretien facilité.

Le pare botte galbé apporte quant à lui une esthétique chic et flatteuse.

On installe un sol d’obstacle plutôt ferme qui doit avoir de la frappe pour que les chevaux s’expriment, mais une souplesse suffisante pour amortir les réceptions. Le sol doit présenter suffisamment de cohésion pour se tenir dans les virages où il sera soumis à rude épreuve. Les meilleurs résultats s’obtiennent avec des dalles de stabilisation installées au niveau de la piste. Elles évitent la destruction des couches inférieures notamment au niveau de l’obstacle et du virage d’abord et du saut.

Le sol de la piste du rond de longe est particulièrement sollicité. Il doit donc être à la fois souple, robuste et demander peu d’entretien. On pourra donc choisir un sol en sable fibré ou un sol en copeaux de feutre sans arrosage. L’utilisation de dalles de stabilisation pour servir de tampon entre la fondation et la couche de travail est recommandée.

D’abord il convient d’utiliser de poteaux de diamètre important (14 cm), car ils doivent résister à de fortes contraintes.

  • Le profil le plus simple est une lice de 3 à 4 ½ ronds pour un usage peu intensif
  • Le profil le plus cohérent est celui de la ½ palissade qui va retenir le sable surtout au niveau des virages
  • La palissade complète stresse beaucoup les chevaux qui se sentent isolés. Ils ont d’autant plus tendance à essayer de la franchir.

Le problème dans un manège, c’est que l’arrosage du pare botte va générer le développement de mousses et autres lichens et donner un aspect sale à l’ensemble. L’idéal est donc un arrosage par subirrigation qui ne mouille pas le pare botte. En faisant abstraction de cette problématique, un arrosage intégré dans le pare botte ou un arroseur automoteur feront l’affaire.

Le rond de longe couvert est utile pour les écoles d’équitation qui y délivrent des cours poneys toute l’année. Il peut également être apprécié des professionnels du débourrage qui l’utilisent tous les jours. Pour des écuries de propriétaires ou un usage privé et toutes les utilisations moins intensives. Le rond de longe extérieur équipé d’un bon sol reste souvent le bon choix.

Cela dépend seulement de la taille des chevaux et poneys qui fréquentent la carrière. Pour des chevaux seulement, 1 hauteur suffit. Si de petits poneys fréquentent la carrière, ils pourraient être tentés de passer sous la lice placée à 1m25. Il faut donc installer une lice intermédiaire pour assurer la sécurité des enfants.

Une bonne approche de la sécurité autour de la carrière doit tenir compte dans l’ordre :

  • Des spectateurs qui doivent être protégés des chevaux qui évoluent à l’intérieur.  Un cheval monté peut taper en direction de la lice et si un cavalier chute, son cheval se retrouve en liberté et doit être physiquement maintenu dans l’enceinte de la carrière. À ce titre, les carrières de fortune réalisées en ruban de clôture constituent un facteur de risque majeur pour le public.
  • Des cavaliers dont le risque principal est de venir percuter la lice de la carrière lors d’une chute. La lice ne devra comporter aucun profil contondant et assurer une continuité au niveau de la lice haute y compris à l’emplacement des portails de la carrière.
  • Des chevaux. Le profil de la lice ou de la bordure ne doit pas risquer de générer une blessure ou un accident pour les différents équidés qui fréquentent la carrière.

Le pare botte peut venir jusqu’au niveau du sol ou être installé « suspendu ». On le fixe sur le mur existant s’il y en a un. Sinon, on installe généralement un châssis bois fixé sur la structure du manège pour y fixer le pare botte. Le bureau d’études HORSE STOP® se charge généralement de la conception de ces éléments sur mesure.

L’expérience montre que les meilleurs résultats s’obtiennent en réalisant une plateforme légèrement plus large que l’emprise de la carrière. On vient ensuite à la tarière percer les trous des poteaux dans la plateforme (ce qui est un peu plus pénible), mais cela permet de venir poser la planche de retenue directement sur la plateforme en cailloux pour un résultat impeccable. Si un géotextile a été installé sous la plateforme, une découpe sommaire au cutter au moment du perçage permet de gagner du temps et de la qualité en terme de finition.

Généralement, on distingue une grande porte qui permet l’accès des semi-remorques de sable d’une ou plusieurs portes d’accès pour les cavaliers. Elles seront préférentiellement installées au niveau des angles pour plus de sécurité, mais peuvent être également installées sur les longueurs du manège. Le pare botte devra être continu ou correctement aménagé au niveau de chacune des portes.

La lice de carrière déportée sert à faciliter le travail de la piste réalisé par les engins et évite aux chevaux le risque de poser le pied sur la bordure installée directement contre les poteaux de la carrière. Si elle est doublée d’une lice de confort, la lice déportée permet également d’éloigner légèrement les spectateurs des chevaux pour plus de sécurité.

 

Cela dépend essentiellement des pratiques dans la carrière.

  • Dans 90% des cas (club, CSO, dressage, écurie de propriétaires, etc.), une lice haute à 1m25 / 1m30 convient.
  • Pour le travail en liberté avec des jeunes chevaux, les débourrages et toutes les pratiques où le cheval peut avoir l’opportunité de sauter pour s’échapper, une lice à 1m50 voir plus est recommandée (1m80 pour un rond d’Havrincourt).
  • Pour le dressage, certaines écuries optent pour des lices très basses parfois pour des raisons d’esthétique.

Pour les manèges chevaux : point le plus écarté du mur sur le pare botte est positionné à 60 cm du sol

Pour les manèges poneys : point le plus écarté du mur sur le pare botte est positionné à 30 cm du sol

On adaptera la hauteur en fonction de l’encombrement de l’outil d’entretien du sol utilisé.

Lice de Carrière

Le bois est joli et traditionnel, le PVC est plus souple. Dans ce sens, il absorbe mieux les impacts cependant il présente également quelques défauts :

  • Lorsqu’il casse, il présente des arêtes vives dangereuses et doit être immédiatement remplacé.
  • Lorsqu’il est remué par exemple lors d’un simple contact avec un cheval, le frottement entre les pièces de PVC produit un bruit fort qui peut effrayer les chevaux.
  • Sur les lices déportées conçues pour la course, les poteaux sont particulièrement souples, l’onde de choc se propage donc le long de la lice et peut également faire peur aux autres chevaux.

De manière générale une lice PVC spécifiquement conçue pour les carrières sera plus sécuritaire qu’une lice bois mais ces modèles sont très chers. La lice bois assure un bon niveau de sécurité et constitue néanmoins une valeur sure. Le réemploi de lices PVC de courses est déconseillé, car elles n’assurent pas une sécurité suffisante du public et des cavaliers.

Hormis le respect de tous les points de sécurité, il faut bien comprendre que la carrière est le centre névralgique du club et que tout le monde apprécie de pouvoir s’y retrouver pour observer les cours et les cavaliers. Une lice supérieure en rondin de diamètre important sera d’une part plus confortable pour les spectateurs qui viennent s’y accouder et d’autre part plus résistante pour supporter un large public qui vient s’y amasser le jour des concours.

  • L’intégrité de l’ensemble des lices hautes et basses
  • La qualité des jonctions lices / poteaux (vis à changer, lice pourrie, etc.)
  • L’état des pieds des poteaux
  • La fonctionnalité et l’intégrité du ou des portails.

Au polo, on parlera de « planches » sur un terrain en gazon aux dimensions réglementaires. Pour le paddock Polo pratiqué en carrière, on utilise une lice pleine souvent de hauteur classique (120 à 130 cm). Contrairement à un pare bottes de manège incliné, on veillera à ce que la lice de polo conserve un renvoi de balle fidèle. Elle doit donc être verticale au moins sur sa partie basse.

Dans une carrière, la zone du portail est statistiquement la plus accidentogène, probablement car les chevaux sont plus susceptibles d’y paddoquer. Pour assurer une bonne sécurité, le portail doit être en parfaite continuité avec la lice y compris au niveau des poteaux qui le maintiennent. De cette façon, en cas de chute sur le portail le cavalier ne percute aucun profil contondant. De plus, le portail devra être facilement manipulable d’une main pour être systématiquement fermé y compris par des cavaliers de petit gabarit tenant un cheval de l’autre main. On pourra installer des portails différenciés pour donner accès aux tracteurs avec un portail large et un portail plus étroit, mais plus facile à manipuler pour donner l’accès à la carrière aux cavaliers et piétons.

On apprécie que la lice de la carrière d’honneur prévienne l’intrusion sur la piste des personnes non autorisées et particulièrement des enfants ayant échappé à la vigilance de leurs parents souvent très affairés lors des concours mais aussi des chiens. C’est pour cela que la lice grillagée est recommandée. A contrario, le paddock de détente doit laisser passer facilement les grooms, coachs et accompagnateurs, une lice 2 hauteurs avec des petits portails judicieusement positionnés est idéale. Enfin, pour gérer la circulation des personnes et des véhicules en configuration « événementiel » ou « quotidien », l’emploi de travées et poteaux démontables est très utile.

  • Le profil de la lice ne doit pas être contondant. C’est-à-dire qu’il doit comporter des profils le plus rond possible et ne pas comporter d’aspérité. Un point crucial : les têtes de poteaux ne doivent jamais dépasser de la lice haute de la carrière
  • La nature de la lice doit être sécurisante : le bois est un matériau à la fois suffisamment robuste et d’une relative souplesse. Les lices béton qui ont été largement utilisées autrefois sont à proscrire du fait de leur grande dangerosité. Certaines lices PVC conviennent si elles sont spécifiquement conçues pour les carrières, le réemploi de lices de courses pour les carrières donne des résultats parfois dangereux.
  • Les équipements d’arrosage ne doivent en aucun cas dépasser la hauteur de la lice haute. Si c’est le cas, on les implantera avec un dégagement d’1 mètre en arrière de la lice par exemple pour les canons d’arrosage.
  • On ne posera pas verticalement de barre d’obstacle ou de chandelier à moins d’1 mètre de la lice ou contre la lice à l’extérieur de la carrière. Ceci pour prévenir tout choc contondant en cas de chute d’un cavalier sur la lice ou sur la périphérie proche de la carrière.

Les deux points qui vieillissent le plus vite sur une lice sont les pieds des poteaux qui sont en contact avec le sol régulièrement arrosé d’une part et les bouts de lices rondes ou ½ rondes.

  • Pour augmenter la durée de vie des poteaux HORSE STOP® propose un traitement classe IV avec la rétention SP qui est un traitement renforcé du bois le rendant encore plus résistant aux champignons et insectes xylophages qui sont à l’origine du pourrissement. Ce traitement de choc initialement développé pour les traverses SNCF et les poteaux EDF rallonge la durée de vie de la lice.
  • Pour optimiser la longévité des lices, nous conseillons l’emploi de connecteurs galvanisés pour l’assemblage des lices de carrière. Ils permettent d’une part d’éloigner le percement de l’extrémité de la lice et d’autre part d’augmenter les surfaces de contact entre les pièces pour plus de robustesse, plus de durabilité et une esthétique plus soignée.

Le dressage est réglementé par l’utilisation d’une carrière de 60 x 20 (40 x 20 pour le plus petit niveau). On utilise une lice basse qui permet une observation détaillée du cheval par le public et les juges. Une lice démontable est donc utilisée pour créer un rectangle de dressage aux dimensions réglementaires sur les carrières de plus grandes dimensions.

Pour une carrière de dressage permanente, on choisira une lice traditionnelle si la carrière est utilisée par des jeunes chevaux ou des cavaliers peu expérimentés ayant besoin de plus de sécurité. Les professionnels préfèrent souvent une carrière avec une lice basse plus pratique pour recréer à la maison les conditions de concours.

Cela dépend seulement de la taille des chevaux et poneys qui fréquentent la carrière. Pour des chevaux seulement, 1 hauteur suffit. Si de petits poneys fréquentent la carrière, ils pourraient être tentés de passer sous la lice placée à 1m25. Il faut donc installer une lice intermédiaire pour assurer la sécurité des enfants.

Une bonne approche de la sécurité autour de la carrière doit tenir compte dans l’ordre :

  • Des spectateurs qui doivent être protégés des chevaux qui évoluent à l’intérieur.  Un cheval monté peut taper en direction de la lice et si un cavalier chute, son cheval se retrouve en liberté et doit être physiquement maintenu dans l’enceinte de la carrière. À ce titre, les carrières de fortune réalisées en ruban de clôture constituent un facteur de risque majeur pour le public.
  • Des cavaliers dont le risque principal est de venir percuter la lice de la carrière lors d’une chute. La lice ne devra comporter aucun profil contondant et assurer une continuité au niveau de la lice haute y compris à l’emplacement des portails de la carrière.
  • Des chevaux. Le profil de la lice ou de la bordure ne doit pas risquer de générer une blessure ou un accident pour les différents équidés qui fréquentent la carrière.

L’expérience montre que les meilleurs résultats s’obtiennent en réalisant une plateforme légèrement plus large que l’emprise de la carrière. On vient ensuite à la tarière percer les trous des poteaux dans la plateforme (ce qui est un peu plus pénible), mais cela permet de venir poser la planche de retenue directement sur la plateforme en cailloux pour un résultat impeccable. Si un géotextile a été installé sous la plateforme, une découpe sommaire au cutter au moment du perçage permet de gagner du temps et de la qualité en terme de finition.

La lice de carrière déportée sert à faciliter le travail de la piste réalisé par les engins et évite aux chevaux le risque de poser le pied sur la bordure installée directement contre les poteaux de la carrière. Si elle est doublée d’une lice de confort, la lice déportée permet également d’éloigner légèrement les spectateurs des chevaux pour plus de sécurité.

 

Cela dépend essentiellement des pratiques dans la carrière.

  • Dans 90% des cas (club, CSO, dressage, écurie de propriétaires, etc.), une lice haute à 1m25 / 1m30 convient.
  • Pour le travail en liberté avec des jeunes chevaux, les débourrages et toutes les pratiques où le cheval peut avoir l’opportunité de sauter pour s’échapper, une lice à 1m50 voir plus est recommandée (1m80 pour un rond d’Havrincourt).
  • Pour le dressage, certaines écuries optent pour des lices très basses parfois pour des raisons d’esthétique.

Rond d'Havrincourt

Le rond d’Havrincourt est conçu pour le saut en liberté. On peut également y faire les débourrages et y monter un peu à cheval notamment pour l’initiation.

Historiquement, il mesure 18 x 36. Si la largeur est quasiment invariable, la longueur a tendance à s’allonger avec la pratique qui consiste à faire sauter les jeunes chevaux sur un dispositif de 3 obstacles. On préfère alors des dimensions de 18×40 voire 42.

La lice mesure généralement 1m80, ce qui convient pour l’immense majorité des jeunes chevaux. On trouve parfois les ronds avec les lices des virages surélevées. Ce qui ne se justifie pas forcément.

On installe un sol d’obstacle plutôt ferme qui doit avoir de la frappe pour que les chevaux s’expriment, mais une souplesse suffisante pour amortir les réceptions. Le sol doit présenter suffisamment de cohésion pour se tenir dans les virages où il sera soumis à rude épreuve. Les meilleurs résultats s’obtiennent avec des dalles de stabilisation installées au niveau de la piste. Elles évitent la destruction des couches inférieures notamment au niveau de l’obstacle et du virage d’abord et du saut.

D’abord il convient d’utiliser de poteaux de diamètre important (14 cm), car ils doivent résister à de fortes contraintes.

  • Le profil le plus simple est une lice de 3 à 4 ½ ronds pour un usage peu intensif
  • Le profil le plus cohérent est celui de la ½ palissade qui va retenir le sable surtout au niveau des virages
  • La palissade complète stresse beaucoup les chevaux qui se sentent isolés. Ils ont d’autant plus tendance à essayer de la franchir.

Rond de longe

La palissade complète est à réserver à des professionnels avertis, car elle permet certes de focaliser la concentration du cheval sur le dresseur, mais elle génère également un stress important chez le cheval qui peut alors avoir des réactions violentes.

La ½ palissade est un modèle plus classique, mais qui est très apprécié, car il permet de contenir le sol équestre dans le rond y compris si le cheval projette beaucoup de sable sur les bords comme c’est le cas aux allures rapides. Il permet donc de conserver un environnement propre et soigné et de ne pas perdre son sol équestre.

Contrairement à ce que son nom indique, le rond de longe est principalement utilisé aujourd’hui pour le débourrage, le travail en liberté, l’initiation, lâcher des chevaux pour qu’ils s’y détendent en sécurité. Mais on peut également y tourner les chevaux en longe.

20 m de diamètre pour les grands chevaux, 18 pour les petits chevaux et poneys D et 16m pour les plus petits poneys

Généralement, on installe une lice de 1m80 pour les débourrages et le travail en liberté.

Pour des ronds destinés seulement à la longe et à l’initiation ou seulement à des petits poneys, une lice de 1m20 est plus indiquée.

Le sol de la piste du rond de longe est particulièrement sollicité. Il doit donc être à la fois souple, robuste et demander peu d’entretien. On pourra donc choisir un sol en sable fibré ou un sol en copeaux de feutre sans arrosage. L’utilisation de dalles de stabilisation pour servir de tampon entre la fondation et la couche de travail est recommandée.

Le rond de longe couvert est utile pour les écoles d’équitation qui y délivrent des cours poneys toute l’année. Il peut également être apprécié des professionnels du débourrage qui l’utilisent tous les jours. Pour des écuries de propriétaires ou un usage privé et toutes les utilisations moins intensives. Le rond de longe extérieur équipé d’un bon sol reste souvent le bon choix.

Load More

Réalisations


Guides

Comment améliorer un sable ?

Il est tout d’abord important de définir le paramètre que l’on souhaite améliorer ...

En savoir plus

Bien securiser son manége

Sécurité dans la conception, l’utilisation et l’aménagement des manèges

En savoir plus

Comment réaliser un sol de manège ?

Comme la surface du manège est restreinte, son sol est très sollicité. On doit en tenir compte...

En savoir plus