Coup d’oeil

Qui habite ici: 1 couple avec enfant, 3 chevaux, 2 poneys, 2 chèvres et des poules

Emplacement : Drôme (26)

Usage : Ecurie privée avec habitation principale

Surface du terrain : 5 000m²

Surface donnée aux chevaux: 1770m² à 3690m²

Surface de la maison : 100m² – 3 chambres

Vue aérienne de la propriété équestre

1. L’histoire du projet

Les propriétaires de cette écurie et leur petite fille ont posé leurs valises aux abords d’un petit village drômois entouré de végétation. Ils ont acheté un terrain sur lequel se trouvait une vieille grange à l’abandon . Leur rêve ? Garder un esprit campagne autour d’un projet contemporain qui leur permettrait de vivre au milieu de leurs animaux. Notre architecte équestre, Ariane Lefebvre, a ainsi imaginé la transformation de cette petite parcelle pour en révéler tout son potentiel .

« Le défi a consisté à proposer un agencement fonctionnel qui exploite la totalité de la parcelle. Il devait permettre aux chevaux d’évoluer sereinement, en répondant à leurs besoins naturels tout en apportant une vraie convivialité autour de la maison.

En découle un projet compact, flexible et visuellement attractif.

Afin de valoriser ce patrimoine immobilier, j’ai privilégié des matériaux et produits nobles : portail en bois, clôture Majesté, râtelier en bois, petite écurie avec auvent, etc. »

Ariane Lefebvre, architecte équestre

2. Une maison au milieu des animaux

Les propriétaires rêvaient de pouvoir se réveiller et s’endormir en observant leurs chevaux : un rêve qui sera désormais possible grâce à l’implantation de la maison qui est située au centre de la parcelle.  Elle est au cœur de l’écurie, à proximité directe de toutes les activités liées au chevaux (abri, abreuvoir, râtelier, carrière, etc.). L’aménagement extérieur est pensé pour passer un bon moment auprès des chevaux : terrasses, hamacs, etc. L’architecture de la maison accentue cette intimité immédiate avec les animaux : baies vitrées et fenêtres en nombre, offrant systématiquement une vue sur les chevaux, même à l’étage.

« Dans ce projet vous avez peu d’angles morts. Même quand vous lavez la vaisselle dans la cuisine par exemple, vous pouvez observer les chevaux au râtelier. S’ils le souhaitent, les chevaux peuvent néanmoins se soustraire du regard humain dans leur abri de pierre. Ce dernier a été réalisé en réhabilitant la grange abandonnée qui était existante. Cet abri tourne le dos à la maison »

Ariane Lefebvre, architecte équestre

Cette observation quotidienne, contemplative, a en plus un impact positif sur la relation qui lie les propriétaires avec leurs compagnons.

3. Des chevaux heureux qui évoluent librement

 

Afin d’optimiser l’espace assez limité du terrain et de veiller au bien-être des chevaux, le projet a été pensé en piochant dans les concepts du paddock-paradise et de l’écurie-active. L’espace vital des chevaux s’articule en forme de U, une piste permet d’espacer au maximum la zone de fourrage, des autres points d’intérêts (abri, eau et aire de roulades). Les couloirs de l’écurie sont larges (8m sur la piste, 12 sur l’aire de roulades et 8m de chaque côté du râtelier), cela évite un effet « impasse ». Des éléments naturels (cailloux, petits rochers et troncs d’arbres) situés stratégiquement aux abords de ces extrémités permettent de  couper volontairement l’allure rapide du cheval. Quand le paddock central est fermé, les distances parcourues tout au long de la journée par les chevaux sont augmentées car ils doivent le contourner.

« Le défi n°1 a vraiment été de concevoir l’espace vital des chevaux. La complexité de la parcelle, due à sa petite taille, a rendu la tâche complexe. Quand vous n’êtes pas agriculteur, vous ne pouvez construire qu’en zone urbaine et les surfaces sont donc plus réduites. Nos clients ne voulaient pas faire de concession sur le bien-être des équidés vivant à leurs côtés ce qui nous convenait parfaitement. La forme de U répondait donc à ces attentes en favorisant le déplacement quotidien des chevaux. Cette forme a également l’avantage de regrouper les centres d’ intérêt près de la maison, c’est donc plus convivial et plus fonctionnel pour les propriétaires. ».

Ariane Lefebvre, architecte équestre

 4. La flexibilité des lieux un atout de taille

 

« Quand les surfaces sont réduites, je pense qu’il est important de pouvoir affecter plusieurs usages à un lieu. et c’est ce qui a été fait pour ce projet. Le paddock par exemple : quand il n’est pas ouvert aux chevaux, il offre un grand jardin accessible directement de la maison. Il en est de même pour la carrière, en copeaux de bois. Quand elle n’est pas utilisée pour le travail des chevaux , elle devient une surface supplémentaire accessible aux chevaux via un portail sur l’aire de roulade ».

Ariane Lefebvre, architecte équestre

Je configure mon projet

Toutes les photos