De manière générale, le travail dans les écuries comprend un certain nombre de tâches de manutention nécessitant de la force, ceci implique le recours à la mécanisation. Si beaucoup d’écuries utilisent un tracteur associé à un chargeur frontal (fourche), de plus en plus de structures se tournent vers des valets de ferme télescopiques et autres chargeurs articulés. Les écuries actives s’inscrivent également dans ce contexte. Le choix du bon outil conditionne la vitesse, la pénibilité et l’efficacité du travail. Il est donc important d’effectuer ce choix de façon éclairée.

1. Les éléments de choix

Le choix d’un outil de manutention dans l’écurie s’effectue selon différents critères qui lui sont propres : sa structure, ses activités, son organisation et son aménagement mais aussi en fonction des conducteurs qui vont utiliser le matériel,  leur habileté et leur habitude à manipuler des engins agricoles. Bien évidement, les capacités d’investissements conditionneront également le choix de l’engin.

Dans un premier temps, il est primordial de lister et prioriser les tâches à effectuer afin de catégoriser les types d’engin qui permettront de les accomplir. Dans de nombreux cas, les efforts de traction seront peu importants. En effet, il est rare que l’on fasse du labour ou que l’on soit amené à tirer régulièrement le lourdes charges dans un établissement équestre. Le choix d’un tracteur est donc à remettre en question ce dernier étant d’abord conçu pour développer de la puissance de traction . Si l’entretien des prairies et le hersage de la carrière nécessitent un attelage 3 points, les principales tâches concernent plus souvent la manutention du fourrage et le curage des fumiers que l’on effectuera plus facilement avec un outil à fourche de type valet de ferme. De plus, il faut savoir qu’un chargeur sur un tracteur sollicite fortement le pont avant qui va fatiguer d’autant plus rapidement que l’on manutentionnera fréquemment des charges lourdes.

Enfin, et c’est un point important, il faut bien identifier la pertinence de tout faire soi-même ou de disposer de tout le matériel en propriété. Certaines tâches sont parfois très chronophages et seulement ponctuelles dans l’année, c’est alors qu’adhérer à une CUMA ou faire réaliser certains travaux par un entrepreneur agricole peut s’avérer plus pertinent. Ce choix peut vous permettre de libérer du temps de travail et de l’investissement pour le cœur d’activité de l’écurie (enseignement, soin ou travail des chevaux).

En fonction des besoins et de la proportion des différentes tâches à accomplir, plusieurs solutions sont possibles. Voici quelques simulations, à titre d’exemples, afin de permettre à chaque écurie de s’en inspirer et de faire ses choix en fonction de ses objectifs.

Structure équestre basée sur une alimentation à l’herbe :

Taches principales

  • Entretien des prairies
  • Fenaison

Taches secondaires

  • Manutention du fourrage
  • Entretien des sols équestres

Choix d’un tracteur de puissance moyenne équipé d’un chargeur frontal.

Structure équestre avec hébergement en box / paddock

Taches principales

  • Curage des boxes (mécanisé)
  • Manutention du fourrage

Taches secondaires

  • Entretien des sols équestres

Choix d’un valet de ferme et d’un tracteur d’occasion pour le hersage de la carrière avec un attelage 3 points.

Ecurie active

Taches principales

  • Nettoyage des crottins
  • Manutention du fourrage

Taches secondaires

  • Hersage du rond de longe et d’une petite carrière

Choix d’un valet de ferme articulé avec balayeuse ramasseuse et fourche croco / quad pour le hersage des sols équestres. Fenaison et entretien des prairies faites par un entrepreneur agricole.

3. Cas particulier du curage mécanisé des crottins en écurie active.

Dans une écurie active, lorsque l’accès à l’herbe n’est pas possible à cause de la saison, de chevaux présentant un risque de fourbure ou autre contre-indication, voire tout simplement parce qu’il n’y a pas de prairie à disposition, la tâche quotidienne principale est le ramassage des crottins. Celui-ci s’effectue essentiellement sur les zones d’affouragement qui concentrent la majorité des déjections. Si l’on souhaite que ces espaces demeurent propres et accueillants, cette opération doit être effectuée quasi quotidiennement,  le sol y est donc recouvert des dalles lourdes conçues pour le curage mécanisé. L’engin devra être à la fois pratique, maniable et limiter les contraintes sur les dalles. L’expérience montre que le tracteur n’est pas à son avantage dans ce cas surtout s’il est de gabarit important. Le valet de ferme est donc l’engin qui convient le mieux. On évitera les engins dont la rotation est assurée par ripage sans orientation des roues car ils soumettent les dalles à de fortes contraintes. Les chargeurs articulés sont par conséquent particulièrement adaptés. Reste à trouver le rabot de raclage ou la balayeuse ramasseuse les plus adaptés pour atteindre le niveau de propreté désiré et/ou la rapidité d’exécution souhaitée . La balayeuse est la solution la plus efficace dans le ramassage et le raclage, vers une fumière disposée à proximité, est la solution la plus rapide.

 

4. Utilisation d’engins agricoles et sécurité

La question de la sécurité doit être traitée avec la plus grande attention. En effet, l’approche se fait différemment si le conducteur est expérimenté ou s’il s’agit d’un débutant. De même, si le matériel doit être utilisé par des stagiaires, on choisit en général des machines faciles de prise en main. Entre autres, les chargeurs articulés, qui sont de plus en plus recherchés dans les établissements équestres pour leur compacité, ont des empattements étroits. Attention, cette caractéristique peut les rendre plus ou moins stables surtout lorsque la fourche est utilisée pour monter une charge importante favorisant le déséquilibre. Enfin, il est primordial, lorsque l’on doit évoluer au milieu du troupeau de chevaux ou en présence de public, d’appliquer toutes les consignes de sécurité. Un équipement disposant d’un champ de vision le plus large possible est fortement conseillé.

 

L’engin de manutention représente un investissement important. Contrairement aux autres équipements qui peuvent être plus esthétiques ou ludique, ce dernier n’est en général pas l’objet de la passion des cavaliers. C’est pourquoi, un choix basé par défaut et essentiellement sur des critères de prix, peut vous faire passer à côté de solutions techniques qui vous feront gagner du temps et de la fatigue.

Enfin, le choix de l’engin tiendra compte également d’un ensemble de paramètres tels que la hauteur de travail du chargeur, la distance à la fumière, le format et le poids des bottes de foin, etc.

Nos guides

A quoi ressembleront nos écuries dans le futur ?

A quoi ressembleront nos écuries dans le futur ?

maquettes de barn boxes/stabulation, écurie active et paddock paradise
Comment aménager le sol des paddocks pour le curage mécanisé
Pourquoi héberger les chevaux en groupe ?

Pourquoi héberger les chevaux en groupe ?

Le cheval est un animal social ! Il vit naturellement en groupe...
Pourquoi donner un matelas à mon cheval ?

Pourquoi donner un matelas à mon cheval ?

Le matelas confort permet d'apporter plus de confort tout en évitant les inconvénients de la litière

A lire aussi

4 solutions pour sécuriser vos chevaux

4 solutions pour sécuriser vos chevaux

La sécurité de vos chevaux dépend de plusieurs critères.
5 points à ne pas négliger pour la rentrée de votre écurie !

5 points à ne pas négliger pour la rentrée de votre écurie !

HORSE STOP vous livre 6 points de réflexions selon les différents types de configurations.
Pansage et distanciation sociale

Pansage et distanciation sociale

L’heure du déconfinement ayant sonné, l’activité des centres équestres va pouvoir reprendre !
Choisir un barn ou plutôt une écurie en prolongement du manège ?

Choisir un barn ou plutôt une écurie en prolongement du manège ?

HORSE STOP vous livre 6 points de réflexions selon les différents types de configurations.

Nos Ressources