[L’interview de Andy Booth]

Notre partenaire Andy Booth, cavalier professionnel spécialisé en éducation du cheval, nous donne son point de vue sur l’hébergement des chevaux.

Nous lui avons posé la question suivante : “Voyez vous une différence de comportement et de performance d’apprentissage chez les chevaux en groupe vs chevaux en boxes? Sur quel paramètre cela influence il le plus ?”

Voici sa réponse…

La question de l’hébergement des chevaux est d’une importance cruciale, pour tout ceux qui s’intéressent au bien-être équin. Selon Andy Booth,  la différence entre les chevaux hébergés en groupe et les chevaux hébergés individuellement est flagrante, notamment en raison de l’effet rebond post inhibition*. Dans cet article, nous allons explorer les trois principales différences entre ces deux modes d’hébergement et examiner les conséquences de l’effet rebond sur la santé et le bien-être des chevaux.

[Replay a revoir] avec Marie Charlotte &  Thierry Fuss – Michel Robert – Andy Booth – Anna Flamand (INRAE) – Perrine Carlier

1. Accès aux fibres

Andy nous rappelle que le cheval est un animal qui a besoin de se nourrir et de mastiquer entre 16 et 18 heures par jour pour maintenir un système digestif sain. Malheureusement, en étant confiné dans un box, le cheval n’a pas un accès libre aux fibres nécessaires à sa digestion. Souvent, il se retrouve avec seulement trois repas par jour, ce qui ne correspond pas à ses besoins physiologiques naturels. Cette privation d’alimentation continue peut entraîner des pathologies, telles que des troubles digestifs et des ulcères gastriques.

Comment rallonger l’accès aux fibres en hébergement individuel ?

#les solutions des experts HORSE STOP®

✓ Installer un râtelier de box

Le râtelier de box va permettre au cheval de s’alimenter en fourrage sur une durée étalée dans le temps et donc mieux répondre à ses besoins physiologiques.

✓ Rendre disponible le fourrage en paddock

Lors des sorties en extérieurs, l’utilisation d’un râtelier est également recommandée pour permettre au cheval de s’alimenter. Ce râtelier peut être mis en commun entre 2 paddocks individuels pour une meilleure fonctionnalité. Ainsi les chevaux des 2 paddocks adjacents s’alimentent à proximité en sécurité.

2. Mobilité

Les chevaux qui sont maintenus en boxes accumulent beaucoup d’énergie qu’ils ne peuvent pas évacuer de manière adéquate. Le manque d’espace restreint leur capacité à se déplacer librement et à exprimer leur comportement naturel de locomotion. Lorsqu’ils sont enfin sorti en extérieur comme au paddock, cette accumulation d’énergie peut conduire à des comportements explosifs, communément appelés « explosions » (effet rebond). Ces épisodes peuvent être dangereux pour les cavaliers et les autres chevaux présents dans l’environnement.

Comment encourager la locomotion libre ?

#les solutions des experts HORSE STOP®

3. Contact social

Les chevaux sont des animaux grégaires qui ont besoin d’interagir avec leurs congénères pour maintenir leur équilibre. Malheureusement, les chevaux en boxes sont souvent privés de contacts sociaux adéquats. L’isolement prolongé peut entraîner un manque de stimulation, ce qui peut nuire à leur bien-être mental. Certains chevaux peuvent développer des comportements apathiques, devenant éteints et déprimés, tandis que d’autres peuvent devenir agressifs et sur la défensive en raison de la frustration et du stress accumulés.

Comment améliorer la qualité des contacts sociaux entre congénères ?

#les solutions des experts HORSE STOP®

✓ Etudier un agencement innovant

Paddock-terrasse ou pâture accessible directement depuis le box, plusieurs agencements vont permettre au cheval de se déplacer librement an cours de sa journée. L’écartement des points d’intérêts les uns des autres encourage également cette mobilité.

✓ Proposer un accès à l’extérieur régulièrement ou permanent

La sortie au paddock à la journée va bien entendu encourager la mobilité des chevaux. En  hiver, un paddock hivernal peut être conçu avec dalles stabilisées et râtelier fourrage pour éviter la boue et avoir une alimentation adaptée. 

 

✓ Concevoir une séparation de box adaptée

La possibilité pour les chevaux d’exprimer des comportements sociaux tel que de se voir ou de se toucher contribuent à leur bien-être. Concevoir des écuries qui permettent l’expression de ces comportements, comme des séparations avec un maximum de possibilité de contacts sociaux sont primordiales. 

✓ Héberger ses chevaux en groupe

Sortir les chevaux en groupe au paddock est déjà une première étape vers l’hébergement en groupe, et permet au chevaux de socialiser de manière plus riche qu’au travers une séparation de box. La dernière étape de cette socialité est bien sûr l’hébergement en écurie active, où l’agencement met au cœur des enjeux les interrelations saines et acceptées entre les individus.

Conclusion

En somme, la vie en boxes prolongée, contrairement à l’hébergement en groupe, ne répond pas aux besoins naturels des chevaux et peut engendrer frustration, stress, problèmes de santé et comportementaux. Les trois principaux points abordés, à savoir l’accès aux fibres, la mobilité et le contact social, sont essentiels pour améliorer la longévité et les performances des chevaux selon Andy Booth. Il est donc crucial de repenser nos pratiques d’hébergement et de favoriser des environnements qui permettent aux chevaux de satisfaire leurs besoins physiologiques et comportementaux fondamentaux.

En adoptant des méthodes d’hébergement plus respectueuses du bien-être équin, nous pourrons non seulement améliorer la santé et le bien être de nos chevaux, mais également favoriser une meilleure relation entre l’homme et l’animal. Andy Booth nous rappelle l’importance de prendre en compte les besoins naturels des chevaux pour assurer leur bien-être global.

*D’après Anna Flamand : « L’effet rebond survient lorsqu’un cheval exprime fortement un comportement après une longue période où il a été privé de cette possibilité. On parle souvent de cet effet dans le cas des chevaux hébergés en box lorsqu’ils n’ont pas la possibilité de sortir fréquemment en liberté. Une fois lâchés au paddock par exemple, ils vont avoir de fortes réactions (ruade, galop etc.) liées à l’enfermement prolongé, ce qui peut les amener à se blesser plus facilement. »

Je configure mon projet

Produits en lien