Le paddock terrasse améliore le bien-être des chevaux hébergés en boxes et facilite le travail. Faut-il pour autant le systématiser ?

Cette configuration d’hébergement est-elle toujours idéale ? Bien sûr que non.

Le respect des caractéristiques comportementales des chevaux passe par une modification des rythmes de distribution de l’alimentation, des contacts sociaux libres et une locomotion libre. Ces deux derniers points sont améliorés avec l’installation de paddocks terrasse mais un individu aura des contacts sociaux directs qu’avec son ou ses deux voisins. C’est mieux mais ça ne vaut pas une vie en groupe. De même, un espace de paddock terrasse ne permet pas d’exprimer complètement le comportement locomoteur que le cheval aurait dans un parc.

La mise à disposition de paddocks terrasse ne remplace en rien les bénéfices d’une mise du cheval au pré si possible avec des congénères de façon régulière.

Ce mode de logement ne conviendra également pas à une structure où les effectifs changent souvent. S’habituer à un nouveau voisin demande un peu de temps et de surveillance.

Pour les structures qui font du commerce de chevaux avec des animaux qui vont et viennent, des paddocks séparés seront plus indiqués. De même, si rien n’empêche d’héberger les chevaux en groupe, le bien être sera amélioré par une installation de type écurie active où les chevaux disposent de plus d’espace et de contacts sociaux plus naturels.