Le profil de la clôture est tout d’abord choisi en fonction des chevaux qui vont occuper les enclos.

Groupes stables et des chevaux calmes

-        Pour les groupes stables et des chevaux calmes comme des poulinières, des poneys ou des chevaux d’instruction, le risque d’accident dû au cheval qui vient percuter ou tenter de sauter par-dessus la clôture est moindre qu’avec des chevaux plus stressés qui changent d’environnement (comme des chevaux d’une écurie de commerce par exemple). On choisira donc une clôture de hauteur environ 1m 30. On ne cherche pas forcément un impact visuel important puisque les chevaux seront habitués à l’endroit. Par contre, on cherchera à les dissuader de pousser sur les clôtures avec une bonne efficacité électrique afin qu’ils n’aillent pas voir si l’herbe est plus verte de l’autre côté surtout quand la ressource ne herbe des parcs ou des paddocks n’est pas très abondante. Deux rangs de clôture suffiront. On les placera à 1m25 et à environ 60 cm du sol.

étalons, les chevaux nerveux


-        Pour les étalons, les chevaux nerveux ou des parcs de petite dimension, l’effet visuel est capital. En effet c’est lui qui en une fraction de seconde doit dissuader un cheval de vouloir tenter de franchir la limite de son paddock. On pourra alors monter la clôture à 1m 50 voire 1m80 ou 2m dans les cas les plus extrêmes, augmenter le diamètre des poteaux ou passer sur des poteaux carrés qui reprennent les caractéristiques de résistance des traverses SNCF. Pour augmenter la « force de dissuasion », on pourra multiplier les lices jusqu’à 3 ou 4 rangs pour les situations où la sollicitation est la plus intense pour la clôture. Enfin, il est impératif que l’efficacité électrique de ce type d’installation soit bonne. Pour les étalons qui seraient plus enclins à chercher le contact de leurs congénères au-dessus de la clôture, on peut terminer cette dernière par un rang électrifié sur écarteurs vers l’intérieur. Cette solution est particulièrement efficace.

Poneys de petite taille


-         pour des poneys de petite taille, inutile d’avoir une clôture trop haute car ils ne cherchent quasiment jamais à sauter par-dessus mais on veillera à ne négliger aucun détail afin de ne pas être pris au dépourvu par ces champions de l’évasion. Leur poil épais en hiver et le fait qu’ils ne soient pas ferrés les rend moins sensibles à la clôture électrique. Il est donc important que son efficacité soit optimale. Le fil du bas sera le plus important dans ce type de clôture. Un débroussaillage régulier pour limiter les pertes en période de pousse de l’herbe sera bénéfique. On pourra également palier la faiblesse de la prise de terre par l’utilisation d’un fil froid (connecté à la terre ou directement à la borne terre de l’électrificateur). Cela optimise la correction électrique pour les poneys les plus difficiles à garder. On portera enfin une attention particulière sur les points suivants : qualité de la prise de terre et excellente conductivité des conducteurs. On recherchera le cuivre pour les rubans et cordons et l’aluminium pour des fils lisses. Il est primordial de procéder régulièrement à des contrôles de tension et d’énergie sur la clôture ainsi que sur la prise de terre.