Le choix de râtelier Durapoly peut varier en fonction de paramètres liés aux chevaux, aux types de bottes ou à la saison d’utilisation.

La taille des bottes de foin

C'est un critère important de choix des dimensions du râtelier. En dessous d'1m30 de diamètre, la botte rentre dans le petit modèle (3 éléments) mais si les bottes sont un peu limite et de diamètre un peu variable, surtout, ne pas hésiter à passer sur le grand modèle (4 éléments), car la fermeture du râtelier contre la botte en pression peut être très pénible. De plus si vos approvisionnements sont variables, choisissez absolument le grand modèle pour un gain de temps et un confort d’utilisation. De plus, lorsque la botte rentre tout juste dans le râtelier, les chevaux restent avec la tête entièrement à l’extérieur du râtelier. Ils tirent sur le fourrage qui tombe plus par terre et est donc gaspillé en plus grande quantité que si le cheval rentre la tête dans le râtelier.

Le nombre de chevaux à alimenter

La pratique montre qu'un élément de râtelier à foin permet au moins d'alimenter un cheval donc qu’un râtelier petit modèle permet d'alimenter 3 chevaux minimum et qu'un grand modèle pourra alimenter au moins 4 chevaux. Plus le groupe est stable et plus les chevaux sont calmes, plus ils tolèreront de manger proches les uns des autres. La limite sera de toute façon de 9 chevaux pour un petit modèle (9 places) et de 12 pour un grand (12 places). L’expérience montre qu’en plus du râtelier, l’utilisation de filets petites mailles à tendance à calmer les chevaux qui, plus concentrés sur le foin, sont moins préoccupés par les congénères. On veillera simplement à adapter la taille des mailles aux chevaux à alimenter.

1 grand ou 2 petits râteliers ?

En pratique, si l’on dépasse les 4 à 5 chevaux, il est recommandé de multiplier les points d'alimentation, pour gagner en quiétude dans le groupe. De cette façon, les chevaux qui s’apprécient peuvent manger ensemble et ceux en concurrencent peuvent aller chacun sur un râtelier différent. Moins d’agitation autour des râteliers génèrera également moins de gaspillage.
Autour du râtelier, le sol sera de toute façon fortement sollicité, une stabilisation du terrain est recommandée lorsque l’alimentation à lieu lors des saisons humides.

Râtelier avec ou sans toit

Évidemment, les râteliers utilisés en bâtiment n’ont pas besoin de toit. Pour des râteliers utilisés exclusivement en été, si le fourrage est rapidement consommé, le toit n’est pas non plus indispensable. Si le râtelier est utilisé en saison pluvieuse, on préfèrera un modèle avec toit qui évitera de mouiller le foin qui commencerait à pourrir.
Un élément important pour choisir ou non un modèle avec toit est la vitesse de consommation du fourrage. Elle est liée à la concentration de chevaux et à la disponibilité d'une source de nourriture complémentaire comme du pâturage. Si la botte est mangée en plus de 2 ou 3 jours, il vaut mieux utiliser un toit pour limiter la perte de foin s'il vient à être mouillé par la pluie ainsi que le développement de moisissures dans le fourrage.